Lynch The Elephant, en Pieces

(Ne me laissez plus choisir mes titres moi-même ça devient n’importe quoi…)

La Manœuvre, aka moi, apprécier un groupe de pop aujourd’hui ? Je ne pensais plus cela super plausible-possible puisque depuis l’existence d’Engine Your Sound j’ai beaucoup évolué, mes gouts en musique se sont affinés. Vers du encore plus rock, encore plus électro. Il y a aussi eu la découverte du psychédélisme. (…) La surprise c’est qu’il y a quelques temps, je me suis laissée convaincre par l’univers de Lynch The Elephant. Encore une fois c’est grâce à la cover de leur nouvel EP, sorti il y a une semaine, Pieces. Un EP tout coloré avec une pochette toute autant colorée ça m’a interpellé.
J’ai pu les échanger au téléphone avec l’un des François, on mixe ici une chronique à notre conversation, voyons ce que ça peut donner…:

Lynch The Elephant, l’histoire

Il en a pas l’air mais ce groupe a de l’âge, 7 ans pour être exacte. Si on creuse dans ses prémices on pourra se rappeler de quatre musiciens pour au final se retrouver à deux, puis à trois avec l’arrivée depuis un an de Laura. J’aime bien connaitre les fondements d’un groupe, savoir d’où ils viennent, les expériences qu’ils ont traversé.
Deux EPS précédemment enregistrés en 2012  et 2015.
Le groupe a passé ces années à être toujours en évolution, de l’électro vers du plus pop, plus de liberté. Laura, elle a donné ce vent frais. Les deux François se connaissant par cœur, ils ont vécu toute leur expériences musicales ensemble (les premiers groupes, les choses qu’on écoute au lycée dont on a honte après…). Il fallait se connaitre à trois, Laura n’écoute pas les mêmes choses qu’eux, apportant sa touche dans le dernier EP, pour des choses plus variées (comme peut être sa voix qui ressort bien sur We Are Dreamers ? Ou encore quand elle prend la main sur le chant pendant Wasting Time ? ) .
Leur rencontre s’est faite par hasard, pendant qu’autour d’un verre un ami leur posa la question du « vous ne cherchez pas quelqu’un en plus ». Justement c’était une idée qui n’attendait que d’être réalisée, rajouter quelqu’un sur scène. Tadam : Lynch The Elephant sont trois. Tout ça semble convenir à l’ensemble du groupe, tout coule positivement pour eux. Ça s’enchaine.

Lynch The Elephant et le live

Ils ont démarré par des concerts (beaucoup de concerts) en région pour faire leurs marques et parce que quand tu débutes tu n’as pas trop le choix que de passer par là. Le bouche à oreille faisant son job ensuite. À un moment, alors qu’ils cherchaient une collaboration avec un tourneur, ils se bookent eux-mêmes une tournée. Début 2016 ils vont alors un peu partout : Paris, Reims, Troyes… Sur le retour, à Besançon, ils font la rencontre avec les personnes de chez Sand Music, ils trouvent de cette façon un label. Par hasard, encore !

Nouvel EP, Pieces

Pensant qu’ils sortaient un album au lieu d’un EP, nous échangeons quelques mots là dessus. Ils ne se penchent pas sur le travail d’un grand album car « sans notoriété on trouve ça casse gueule« . J’aime bien la phrase. J’aime bien leur volonté de faire ça bien.
Du coup, depuis quelques jours c’est un EP que vous pouvez découvrir, il contient une musique très pop, dansante et positive. Un travail et une musique qui s’autorisent à être plus variés. Le groupe s’est accordé de la liberté (pas la première fois que vous lisez ce mot dans ce post) dans les rythmes et a osé jouer parfois avec des instruments acoustiques.
Effectivement c’est dansant, passez votre chemin si vous voulez du calme et ne pas remuer des deux pieds. Mon titre préféré à moi c’est Sunrise et l’intro (je le précise par égo, j’aime pas les intros d’habitude) (d’ailleurs je quitte mon éditeur de texte pour la remettre).
Sunrise car ça ferait une musique de série, à un moment fort de l’intrigue où il y aurait de la nostalgie (franchement si le refrain ne vous produit pas cet effet je pige pas..!).
« When the morning comes at last I’ll be out there in the sunrise Everything will be so bright »
L’intro aussi, je l’ai passé en repeat un bon nombre de fois assez flippant, heureusement j’utilise un casque ! Il n’y a pas de paroles sur ce titre, intro ou instrumentale souvent c’est important d’y accorder de l’attention. C’est aussi comme ça que l’on remarque les compétences d’un groupe (je vous dis ça je vous dis rien hein). Bref ça fait bouger dans les émotions, vous me suivez ?

Détails de Pieces

-Par quel morceau découvrir votre groupe ?
François me répondra « Catch the Light » car c’est celui qui a fait écho chez ses proches, celui que tout le monde accuse comme étant le tube de l’EP. Perso je ne sais pas… Honnêtement trop « mainstream » pour moi, -en plus- il est casé entre mes deux titres favoris, il m’embête plutôt qu’autre chose. Hé mais chacun ses gouts !
-Le nom
Bien trouvé, il correspond notamment au vécu du groupe (le travail de cet EP a démarré avant l’arrivée de Laura, il a fallu composer avec ce changement : puzzle, Pieces !)
-La pochette. J’en parlais au début, réalisée par Marie Gatard une amie graphiste. Marie a réussi à créer une illustration qui match sacrément bien avec le contenu de l’album, plein de pièces rapportées. Un nain de jardin par là, un crocodile là haut ou bas.

Il ne me reste plus qu’à leur souhaiter une tournée avec pleins de dates et à remercier le label pour la découverte.

Categories Chronique

Native du Mans, je suis une bretonne d'adoption. Il faut prendre en compte les deux. Je suis la fille spirituelle de Philippe Manoeuvre, j'aime le blues rock , les dessins d'enfant et marcher sans destination.

0 comments on “Lynch The Elephant, en Pieces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *